Affaire bac sur le fleuve Nachtigal


Les travaux de réhabilitation avancent, le bac sera livré dans les prochains jours.

Affaire 150 millions destinés aux tabaculteurs de l’Est

- le nouveau MINADER s'est saisi de l'affaire,

- les virements se feront désormais dans les comptes des bénéficiaires,

- les fonctionnaires impliqués dans les faits de corruption et de détournement ont été auditionnés,

- une allocation de 500 millions est prévue pour les tabaculteurs en 2012.

Affaire bagarre autour des cuisses de poulet congelé importé à Mokolo


Le président national de l'ACDIC, a été reçu par le ministre de l'élevage, ce dernier a promis de mettre tout en œuvre pour stopper le retour du poulet congelé importé dans nos marchés.

Affaire eau potable


D'après l'étude menée à ce sujet par l'ACDIC, 96% des camerounais, souhaitent que la priorité soit accordée à l'eau potable par rapport à la construction du port en eau profonde de KRIBI.

Affaire tracteurs abandonnés


- Le chef de l'Etat a instruit une mission d'évaluation à Ebolowa dès le lendemain du déclenchement de l'affaire,

- arrêt de montage de nouveaux tracteurs pour l'instant,

- création d'un comité de suivi placé sous la responsabilité du gouverneur du Sud,

- transfert de compétence au MINADER, en ce qui concerne la gestion des tracteurs,

- Deux tracteurs remis au CRA (collège régional d'agriculture) lors de la cérémonie de mise à disposition des tracteurs,

PLUS D'INFO

- 6 tracteurs remis à l'université de DSCHANG, UNVDA de NDOP, ferme semencière de NTUI, projet mont MBAPIT, institut agricole d'OBALA, mission de développement du Nord-ouest lors de la cérémonie de lancement de la campagne agricole 2012 à Bafia,

- le chantier du hangar avance,

- une bonne partie des tracteurs est déjà à l'abri des intempéries,

- le prestataire IMMOBILIAR, a repris les travaux de construction de l'usine de montage.

Affaire semences de maïs

- Réunion de crise tenue de toute urgence au MINADER,

- plusieurs réunions de concertation entre l'ACDIC et la présidence de la république pour l'importation des semences, malheureusement cette piste a été infructueuse,

- La présidence est entrain de prendre des mesures pour qu'il n y ait plus de pénurie l'année prochaine,

- panique à l'IRAD, qui pour sauver la face publie dans Cameroon Tribune du 05 mars 2012, un communiqué erroné sur la disponibilité des semences.

Affaire MINTRANSPORT sur la météorologie

- Réunion de crise tenue le 16 mars au MINTRANSPORT,

- le ministre NKILI, promet le rétablissement des 55 stations météorologiques hors service, car affirme-t-il : « nous mettrons tout en œuvre pour que le fonctionnement redevienne normal ; ceci est dans ma feuille de route »,

- début de la diffusion de bulletin météo sur certaines chaines de télévision.

Rapports d'activités

Une_rapport_2010

Partenaires

Newsletter



Notez cet article
(0 votes)

Corruption et détournement au Minader :

 

L'ACDIC affirme, la Commission Nationale Anti Corruption (CONAC) confirme.

 

Les membres et sympathisants de l'ACDIC se souviennent encore du mardi 08 décembre 2008 lorsque le président de l'ACDIC et d'autres camarades ont été interpellés par la police et condamnés à la suite d'un procès à 2 mois d'emprisonnement avec sursis pendant trois ans pour avoir dénoncé le détournement des subventions destinées à l'exécution du projet maïs.


C'est en septembre 2008 que l'ACDIC constate que le prix du kilogramme de maïs a augmenté de manière considérable et qu'il coûte désormais 195 FCFA au lieu de 70 FCFA par rapport à l'année précédente. Elle décide alors de mener une enquête pour comprendre le phénomène. Chemin faisant elle découvre l'existence d'un programme au MINADER dénommé Programme National d'Appui à la Filière Maïs (PNAFM), financé à coup de milliards de FCFA. Les résultats de l'enquête nous révèlent que ce programme est gangréné par la corruption et les détournements, d'où l'idée d'organiser une marche le 08 décembre 2008 pour dénoncer cet état de chose et tirer la sonnette d'alarme.

En 2008 l'offre nationale en maïs (production + importation) est estimée à 1. 170 000 tonnes et la demande quant à elle est de 1. 230 000 tonnes soit un déficit de 60.000 tonnes et les prévisions estimaient à 120. 000 tonnes le déficit en 2009.

Les raisons de la crise de maïs observée en 2008 et qui perdure jusqu'aujourd'hui, sont entre autre : l'accroissement de la demande en maïs pour la consommation humaine, l'accroissement de la demande pour la consommation animale, l'accroissement de la demande extérieure, la sollicitation du Programme Alimentaire Mondial, l'inflation, la faible croissance de la production nationale, le prix élevé des intrants et la faible rentabilité de la culture du maïs soit 40 000 FCFA de marge bénéficiaire par hectare pour les petits producteurs et entre 10 et 30 000 FCFA de marge par hectare pour les grands producteurs.
Le rapport de la CONAC sur l'état de la lutte contre la corruption au Cameroun publié en novembre 2011 vient confirmer les allégations de corruption et de détournement avancées par l'ACDIC. Certes il y a une disparité au niveau des chiffres finaux puisque l'ACDIC estime à 1.200.000.000 FCFA le montant global détourné de la production du maïs entre 2006 et 2008 alors que la CONAC évalue ces détournements à 611.269.555 FCFA. Ceci est compréhensible dans la mesure où l'ACDIC a mené son enquête auprès de 288 GIC et associations, alors que la CONAC n'a enquêté qu'auprès de 97 GIC. L'ACDIC reste dont dans une situation fort confortable.

Le hic aujourd'hui est qu'aucun des 48 personnes suspectées de détournement dans le cadre du programme maïs n'a fait l'objet de poursuites judiciaires. Des 48 personnes indexées, 2 sont décédées, 10 ont été promus, 8 ont déjà eu droit à la retraite et le reste est en fonction.

L'ACDIC reste très sceptique quant à la suite à donner à ce rapport. Cet état d'esprit est résumé dans les propos du président Bernard NJONGA dans MUTATIONS n° 3035 du 17 novembre 2011 : « Ce rapport dénonce et donne une série de faits de corruption et de détournement très graves. Nous souhaitons qu'on aille très rapidement jusqu'au bout avec la mise en évidence de la culpabilité réelle des incriminés et que les sanctions soient effectives. Je n'attendrais pas plus. Si cela est fait dans ce Cameroun et en toute objectivité, je tendrais les mains en l'air, en disant : ouf !!! On aurait fait un pas de géant dans la lutte contre la corruption. En dehors de ça, il y aura rien». Claude Batindi

Laissez un commentaire

Make sure you enter the (*) required information where indicated.
Basic HTML code is allowed.

livre_blanc_mas
zero_produit_importe_au_comice

bandestat

tract_manif_mas_2008
rapport_conac

Copyright ACDIC 2010 - Contacts - Design by AndPlus