Nous contacter

ACDIC
Association Citoyenne de Défense des Intérêts Collectifs
Rue Ceper – Face Lions Club
Yaoundé - Cameroun 

Tél./Fax : +237 222 20 73 37
secretariat@acdic.net
www.acdic.net

Affaire bac sur le fleuve Nachtigal


Les travaux de réhabilitation avancent, le bac sera livré dans les prochains jours.

Affaire 150 millions destinés aux tabaculteurs de l’Est

- le nouveau MINADER s'est saisi de l'affaire,

- les virements se feront désormais dans les comptes des bénéficiaires,

- les fonctionnaires impliqués dans les faits de corruption et de détournement ont été auditionnés,

- une allocation de 500 millions est prévue pour les tabaculteurs en 2012.

Affaire bagarre autour des cuisses de poulet congelé importé à Mokolo


Le président national de l'ACDIC, a été reçu par le ministre de l'élevage, ce dernier a promis de mettre tout en œuvre pour stopper le retour du poulet congelé importé dans nos marchés.

Affaire eau potable


D'après l'étude menée à ce sujet par l'ACDIC, 96% des camerounais, souhaitent que la priorité soit accordée à l'eau potable par rapport à la construction du port en eau profonde de KRIBI.

Affaire tracteurs abandonnés


- Le chef de l'Etat a instruit une mission d'évaluation à Ebolowa dès le lendemain du déclenchement de l'affaire,

- arrêt de montage de nouveaux tracteurs pour l'instant,

- création d'un comité de suivi placé sous la responsabilité du gouverneur du Sud,

- transfert de compétence au MINADER, en ce qui concerne la gestion des tracteurs,

- Deux tracteurs remis au CRA (collège régional d'agriculture) lors de la cérémonie de mise à disposition des tracteurs,

PLUS D'INFO

- 6 tracteurs remis à l'université de DSCHANG, UNVDA de NDOP, ferme semencière de NTUI, projet mont MBAPIT, institut agricole d'OBALA, mission de développement du Nord-ouest lors de la cérémonie de lancement de la campagne agricole 2012 à Bafia,

- le chantier du hangar avance,

- une bonne partie des tracteurs est déjà à l'abri des intempéries,

- le prestataire IMMOBILIAR, a repris les travaux de construction de l'usine de montage.

Affaire semences de maïs

- Réunion de crise tenue de toute urgence au MINADER,

- plusieurs réunions de concertation entre l'ACDIC et la présidence de la république pour l'importation des semences, malheureusement cette piste a été infructueuse,

- La présidence est entrain de prendre des mesures pour qu'il n y ait plus de pénurie l'année prochaine,

- panique à l'IRAD, qui pour sauver la face publie dans Cameroon Tribune du 05 mars 2012, un communiqué erroné sur la disponibilité des semences.

Affaire MINTRANSPORT sur la météorologie

- Réunion de crise tenue le 16 mars au MINTRANSPORT,

- le ministre NKILI, promet le rétablissement des 55 stations météorologiques hors service, car affirme-t-il : « nous mettrons tout en œuvre pour que le fonctionnement redevienne normal ; ceci est dans ma feuille de route »,

- début de la diffusion de bulletin météo sur certaines chaines de télévision.

Partenaires

  Logo_BROT

logo_presb_hunger_program

 logo_misereor

 
Mardi, 17 Mai 2016 09:48

Atelier du FADER sur l'agricuture durable

Le FADER, Forum des Acteurs du Développement Rural, a organisé du 03 au 06 mai 2016 à Buea, un atelier sur le thème de l'Agriculture Durable. Plusieurs organisations étaient présentes dont :
- Les organisations regroupées au sein du CODAS-CARITAS, Comité diocésain pour les activités socio-caritatives,
- CEFAN, Centre de formation des agriculteurs du Noun,
- INADES
- MISEREOR
- Institut Universitaires Catholique de Buea (IUCB)
- Délégation régionale du MINEPDED dans le Sud-Ouest
- IRAD d'EKONA
- ACDIC
En dehors de l'IUCB, de l'IRAD et du MINEPDED, les autres acteurs présents à l'atelier ont pour dénominateur commun qu'ils sont financés par MISEREOR. Les trois jours de travaux ont consisté d'une part, en l'exposé sur l'approche systémique de l'Agriculture Durable et des technologies adaptées aux petites exploitations familiales, dans un environnement marqué par l'insécurité foncière et la promotion de l'agriculture conventionnelle, et d'autre part, aux visites de terrain dans les localités de OWE (MUYUKA), et de TOLE, afin d'échanger avec les paysans et de découvrir leurs savoir et savoir-faire.
1- Teneur des exposés
L'Agriculture Durable de l'avis des experts, est la déclinaison agricole du concept de développement durable définit à Rio de Janeiro en 1992 et ratifié par 174 pays dont le Cameroun. Se revendiquer de l'Agriculture Durable c'est donc associer quatre dimensions essentielles :
- l'efficience économique,
- l'équité sociale,
- la protection de l'environnement,
- la gouvernance fondée sur l'éthique, la gestion participative et le respect du genre.
L'agriculture durable vise une amélioration dans la soutenabilité ou la durabilité du système, en créant plus de richesses pérennes et d'emplois par unité de production. L'idée qui sous-tend cette agriculture est que les ressources naturelles ne sont pas infinies et qu'elles doivent être utilisées de façon judicieuse pour garantir durablement la rentabilité économique, le bien-être social, et le respect de l'environnement.
Il n'existe pas de modèle d'agriculture durable, c'est chaque acteur (producteur), qui doit faire le choix de s'investir ou non dans ce système d'agriculture, en tentant d'apporter des réponses locales aux questions posées en fonctions des ressources naturelles disponibles.
Les OGM ne sont pas adaptés à l'agriculture durable, parce que nécessitant l'apport en intrants chimiques. C'est dire que l'agriculture durable limite l'usage de pesticides qui peuvent nuire à la santé des agriculteurs et des consommateurs. L'agriculture durable:
- préserve la biodiversité,
- évite la déforestation,
- protège la santé,
- sécurise la communauté,
- protège la viabilité économique de l'agriculture,
- assure la conservation des sols,
- préserve la qualité de l'eau
- etc.
Pour ce qui est des technologies utilisées, l'on peut noter :
- le labour minimum,
- le paillage,
- la production et l'utilisation de matières organiques tant pour l'engraissement que pour la lutte contre les ravageurs (compost, bokashi, titonia, cajanus cajan, moringa, etc.)
En matière foncière, il est établi qu'en général, l'exploitant familial fait face à la sécurisation de ses terres. Dans certaines communautés, les femmes ne peuvent pas prétendre à la propriété foncière, d'où la proposition de l'élaboration d'un nouveau code foncier et la promotion des contrats.
2- Les visites de terrain
Les visites de terrain ont permis de découvrir les savoir-faire en milieu paysan en matière d'agriculture durable. Nous avons interagi avec deux groupes de producteurs formés aux techniques d'agriculture durable par le CODAS-CARITAS de Buea. L'un des groupes opère à OWE et l'autre à TOLE. L'innovation au sein de ces groupes, c'est la mise au point d'un nouveau fertilisant organique appelé BOKASHI. Le BOKASHI est une méthode qui permet à la fois de fabriquer des engrais organiques de qualité et de fournir à la terre une grande variété de micro-organismes et de nutriments. Localement, le Bokashi est fabriqué à base de :
- Terre,
- Charbon ou cendre,
- Fiente de poule,
- Crotte de porc,
- Farine d'os,
- Etc.
La fabrication du Bokashi dure deux semaines, contrairement au compost qui nécessite environ six mois. L'on a seulement besoin de 3 à 6 tonnes de Bokashi par hectare, alors que pour la même superficie il faudrait environ 20 tonnes de compost. En plus sur le plan financier, le Bokashi est quatre fois plus économique que l'engrais minéral (selon les premières conclusions des études menées par le CODAS-Bafoussam).
Nous avons aussi visité des pépinières de Moringa, de Tithonia, de cajanus cajan.
Toutefois, il faut relever que les études actuelles disent que le taux de rendement de l'agriculture durable au Cameroun n'est que de 25% par rapport à l'agriculture conventionnelle.
3- Techniques et actions durables proposées
La dernière journée des travaux a consisté à l'identification puis à l'élaboration d'une liste de techniques et d'actions durables à vulgariser, afin de permettre un véritable essor de l'agriculture durable au Cameroun. Ces actions et techniques sont les suivantes :
- l'utilisation des fertilisants organiques,
- l'utilisation des pesticides organiques,
- l'intégration agriculture/élevage,
- l'association des cultures,
- le développement des techniques agro forestières,
- la production des semences adaptées,
- le financement de l'agriculture durable,
- le stockage des produits de l'agriculture durable,
- le foncier (sécurité, accès, durabilité),
- la recherche et la formation,
- le développement des marchés potentiels
4- Suggestions
Lors des échanges j'ai évoqué l'existence d'un collectif dénommé « Collectif Attention OGM », étant entendu que les OGM ne conviennent pas à l'agriculture durable. Tous les membres du FADER à l'unanimité ont souhaité faire partie du collectif. Je suggère dont au Secrétaire Permanent de l'ACDIC de voir dans quelle mesure les intégrer afin d'élargir le réseau aux nouveaux membres, d'autant plus que certains comme INADES semblent avoir des connaissances non négligeables dans le domaine.
Le prochain atelier du FADER aura lieu à EDEA en novembre 2016. La date précise est à déterminer.

Laissez un commentaire

Make sure you enter the (*) required information where indicated.
Basic HTML code is allowed.

livre_blanc_mas
zero_produit_importe_au_comice

bandestat

tract_manif_mas_2008
rapport_conac

Copyright ACDIC 2010 - Contacts - Design by AndPlus