Nous contacter

ACDIC
Association Citoyenne de Défense des Intérêts Collectifs
Rue Ceper – Face Lions Club
Yaoundé - Cameroun 

Tél./Fax : +237 222 20 73 37
secretariat@acdic.net
www.acdic.net

Affaire bac sur le fleuve Nachtigal


Les travaux de réhabilitation avancent, le bac sera livré dans les prochains jours.

Affaire 150 millions destinés aux tabaculteurs de l’Est

- le nouveau MINADER s'est saisi de l'affaire,

- les virements se feront désormais dans les comptes des bénéficiaires,

- les fonctionnaires impliqués dans les faits de corruption et de détournement ont été auditionnés,

- une allocation de 500 millions est prévue pour les tabaculteurs en 2012.

Affaire bagarre autour des cuisses de poulet congelé importé à Mokolo


Le président national de l'ACDIC, a été reçu par le ministre de l'élevage, ce dernier a promis de mettre tout en œuvre pour stopper le retour du poulet congelé importé dans nos marchés.

Affaire eau potable


D'après l'étude menée à ce sujet par l'ACDIC, 96% des camerounais, souhaitent que la priorité soit accordée à l'eau potable par rapport à la construction du port en eau profonde de KRIBI.

Affaire tracteurs abandonnés


- Le chef de l'Etat a instruit une mission d'évaluation à Ebolowa dès le lendemain du déclenchement de l'affaire,

- arrêt de montage de nouveaux tracteurs pour l'instant,

- création d'un comité de suivi placé sous la responsabilité du gouverneur du Sud,

- transfert de compétence au MINADER, en ce qui concerne la gestion des tracteurs,

- Deux tracteurs remis au CRA (collège régional d'agriculture) lors de la cérémonie de mise à disposition des tracteurs,

PLUS D'INFO

- 6 tracteurs remis à l'université de DSCHANG, UNVDA de NDOP, ferme semencière de NTUI, projet mont MBAPIT, institut agricole d'OBALA, mission de développement du Nord-ouest lors de la cérémonie de lancement de la campagne agricole 2012 à Bafia,

- le chantier du hangar avance,

- une bonne partie des tracteurs est déjà à l'abri des intempéries,

- le prestataire IMMOBILIAR, a repris les travaux de construction de l'usine de montage.

Affaire semences de maïs

- Réunion de crise tenue de toute urgence au MINADER,

- plusieurs réunions de concertation entre l'ACDIC et la présidence de la république pour l'importation des semences, malheureusement cette piste a été infructueuse,

- La présidence est entrain de prendre des mesures pour qu'il n y ait plus de pénurie l'année prochaine,

- panique à l'IRAD, qui pour sauver la face publie dans Cameroon Tribune du 05 mars 2012, un communiqué erroné sur la disponibilité des semences.

Affaire MINTRANSPORT sur la météorologie

- Réunion de crise tenue le 16 mars au MINTRANSPORT,

- le ministre NKILI, promet le rétablissement des 55 stations météorologiques hors service, car affirme-t-il : « nous mettrons tout en œuvre pour que le fonctionnement redevienne normal ; ceci est dans ma feuille de route »,

- début de la diffusion de bulletin météo sur certaines chaines de télévision.

Partenaires

  Logo_BROT

logo_presb_hunger_program

 logo_misereor

 
Mardi, 17 Mai 2016 10:48

Ateliers sur l'accès aux logements sociaux au Cameroun

Le 22 mars 2016 s’est tenu dans la grande salle de la Conférence Episcopale de Mvolyié à Yaoundé, un atelier de restitution de l’étude sur l’identification des critères d’attribution des logements sociaux au Cameroun. Cet atelier était organisé par l’ASSOAL (Action Solidaire de Soutien aux Organisations et d’Appui aux Libertés) dans son projet « Observatoire national du droit au logement ».
Ont participé à cet atelier la représentante du MINDUH, les représentants des CTD, les représentants des organisations de la société civile, les journalistes, l’équipe des consultants ayant menée l’étude ainsi que les membres de l’ASSOAL.
L’objectif global de l’atelier était la restitution des résultats de l’étude sur l’indentification des critères d’accès à l’aide publique au logement, afin d’engager le processus de collaboration avec les institutions pour la prise en compte de nouvelles propositions sur le mécanisme d’attribution de l’aide au logement. De manière spécifique, il s’agissait de :
    Présenter et débattre sur les propositions de critères d’identification des potentiels bénéficiaires des logements sociaux et parcelles de terres ;
    Présenter et débattre sur les mécanismes de ciblage et les modalités de sélection des bénéficiaires des logements sociaux au Cameroun ;
    Débattre sur les critères et les modalités en vérifiant leur cohérence avec les dispositions légales et réglementaires existants ;
    Proposer les critères et toutes autres recommandations susceptibles de contribuer à l’amélioration du système ;
    présenter les conclusions sur la satisfaction des bénéficiaires des logements attribués et des usagers des principales institutions en charge du pilotage de la politique national de logement social.
L’atelier s’articulait autour des points suivants :
    Rappel des objectifs de l’atelier ;
    Présentation des résultats de l’étude
    Travaux en groupe ;
    Restitution des travaux de groupes en plénière ;
    Elaboration des recommandations générales.

DEROULEMENT DE L’ATELIER
L’atelier débute à 10h05 contrairement à l’heure initiale (9h00). Après l’enregistrement des participants, le Chef du Projet  dans son mot d’ouverture a précisé l’importance de l’atelier, dont la finalité est la production d’un document de plaidoyer. Il a aussi remercié tous les participants qui ont bien voulu honorer de leur présence. Enfin, il a rappelé les objectifs  de l’atelier et  a invité les participants à plus de perspicacité au cours des échanges.
La consultante chargée de mener l’étude a pris la parole à sa suite pour présenter l’objectif de l’étude, la méthodologie et les résultats. Après cette présentation, les échanges entre les participants ont permis de réorienter les travaux de groupes. Trois groupes de travail ont été constitués avec à la tête la représentante du ministère de tutelle (pour le premier groupe), un représentant des CTD (pour le second) et un représentant des organisations de la société civile (pour le troisième).
Les travaux de groupe ont duré 40 minutes. La restitution en plénière a permis l’enrichissement de l’étude.
L’atelier s’est achevé à 14h30 par la photo de famille et la pause-déjeuner.

QUELQUES CONSTATS MAJEURS DE L’ETUDE
Il ressort de cette étude que :
*    Aucun texte réglementaire ne précise les seuils de revenus éligibles aux logements sociaux ;
*    Les acquéreurs peuvent choisir le paiement au cash ou par l’obtention d’un crédit auprès du CFC (Crédit Foncier du Cameroun) ;
*    Pour bénéficier d’un prêt auprès du CFC, le candidat doit justifier d’un revenu stable et avoir une activité dont la durée permet de rembourser le prêt intégral ;
*    Le système de garantis privilégie les emplois formels qui sont la preuve  d’une source de revenus stables et fiables ;
*    Il n’existe pas de commission d’éligibilité pour l’attribution des logements sociaux ;
*    Les Conseils d’Administration de la MAETUR et de la SIC se sont substitués aux instances d’attribution des logements sociaux avec pour critères la solvabilité et la rentabilité ;
*    les CTD et les organisations de la société civile ne sont pas impliqués dans l’attribution des logements sociaux ;
*    Le prix des logements sociaux rend ces derniers inaccessibles à toutes les catégories sociales (entre 18 et 23 millions de francs CFA) ;
*    Les enquêtes de satisfaction des bénéficiaires ressortent que plus de 50% des ménages ne sont pas satisfaits de l’offre publique.
Les groupes de travail constitués ont complété les constats et ressorti quelques limites de l’étude :
*    La communication du MINDUH sur les critères d’attribution et sur les changements est très limitée ;
*    Une incohérence existe entre les textes nationaux et internationaux ;
*    Les personnes victimes des évictions n’ont pas été prises en compte dans cette étude ;
*    Tous les logements sociaux au Cameroun n’ont pas les mêmes statuts. Les critères d’attribution diffèrent donc d’un site à un autre ;
*    Une étude au cas par cas n’a pas été effectuée par les consultants chargée de l’étude (attribution des logements sociaux de la SIC, de la Cités des Palmiers, de le Cité Verte, …).
*    les catégories socioprofessionnelles n’ont pas été prise en compte et l’INS n’a pas été  sollicité pour avoir une idée réelle des ménages ;

Les recommandations générales
L’étude ressort quelques recommandations pour l’amélioration de l’accès à l’aide publique au logement. Elle préconise :
*    La création d’une commission d’éligibilité à l’aide publique en impliquant les CTD, les institutions spécialisées des affaires sociales ;
*    La définition du seuil de revenus éligibles à l’aide publique au logement ;
*    L’élaboration d’une grille de ciblage des bénéficiaires ;
*    La mise en place des financements adéquats et la facilitation à leur accès ;
*    La prise en compte de la diversité des situations et des ressources des populations candidats aux logements ;
*    Prendre en compte l’aspect genre dans l’attribution en privilégiant les veuves dont le décès de leurs conjoints rend difficile leur accès au logement ;
*    Mettre les textes nationaux en matière de logements sociaux au niveau des textes internationaux déjà ratifiés ;
*    Prioriser les victimes d’éviction dans l’attribution des logements sociaux ;
*    Maximiser la diffusion des critères pour qu’ils soient connus de tous ;
*    Que le MINDCAF mette à la disposition des cibles à faibles revenus des espaces sécurisés pour la construction des logements ;
*    Que les pouvoirs publics prennent en compte prioritairement les mutuelles et des coopératives d’habitat dans le financement et l’attribution des logements sociaux
Le 22 mars 2016 s’est tenu dans la grande salle de la Conférence Episcopale de Mvolyié à Yaoundé, un atelier de restitution de l’étude sur l’identification des critères d’attribution des logements sociaux au Cameroun. Cet atelier était organisé par l’ASSOAL (Action Solidaire de Soutien aux Organisations et d’Appui aux Libertés) dans son projet « Observatoire national du droit au logement ».
Ont participé à cet atelier la représentante du MINDUH, les représentants des CTD, les représentants des organisations de la société civile, les journalistes, l’équipe des consultants ayant menée l’étude ainsi que les membres de l’ASSOAL.
L’objectif global de l’atelier était la restitution des résultats de l’étude sur l’indentification des critères d’accès à l’aide publique au logement, afin d’engager le processus de collaboration avec les institutions pour la prise en compte de nouvelles propositions sur le mécanisme d’attribution de l’aide au logement. De manière spécifique, il s’agissait de :
    Présenter et débattre sur les propositions de critères d’identification des potentiels bénéficiaires des logements sociaux et parcelles de terres ;
    Présenter et débattre sur les mécanismes de ciblage et les modalités de sélection des bénéficiaires des logements sociaux au Cameroun ;
    Débattre sur les critères et les modalités en vérifiant leur cohérence avec les dispositions légales et réglementaires existants ;
    Proposer les critères et toutes autres recommandations susceptibles de contribuer à l’amélioration du système ;
    présenter les conclusions sur la satisfaction des bénéficiaires des logements attribués et des usagers des principales institutions en charge du pilotage de la politique national de logement social.
L’atelier s’articulait autour des points suivants :
    Rappel des objectifs de l’atelier ;
    Présentation des résultats de l’étude
    Travaux en groupe ;
    Restitution des travaux de groupes en plénière ;
    Elaboration des recommandations générales.

DEROULEMENT DE L’ATELIER
L’atelier débute à 10h05 contrairement à l’heure initiale (9h00). Après l’enregistrement des participants, le Chef du Projet  dans son mot d’ouverture a précisé l’importance de l’atelier, dont la finalité est la production d’un document de plaidoyer. Il a aussi remercié tous les participants qui ont bien voulu honorer de leur présence. Enfin, il a rappelé les objectifs  de l’atelier et  a invité les participants à plus de perspicacité au cours des échanges.
La consultante chargée de mener l’étude a pris la parole à sa suite pour présenter l’objectif de l’étude, la méthodologie et les résultats. Après cette présentation, les échanges entre les participants ont permis de réorienter les travaux de groupes. Trois groupes de travail ont été constitués avec à la tête la représentante du ministère de tutelle (pour le premier groupe), un représentant des CTD (pour le second) et un représentant des organisations de la société civile (pour le troisième).
Les travaux de groupe ont duré 40 minutes. La restitution en plénière a permis l’enrichissement de l’étude.
L’atelier s’est achevé à 14h30 par la photo de famille et la pause-déjeuner.

QUELQUES CONSTATS MAJEURS DE L’ETUDE
Il ressort de cette étude que :
*    Aucun texte réglementaire ne précise les seuils de revenus éligibles aux logements sociaux ;
*    Les acquéreurs peuvent choisir le paiement au cash ou par l’obtention d’un crédit auprès du CFC (Crédit Foncier du Cameroun) ;
*    Pour bénéficier d’un prêt auprès du CFC, le candidat doit justifier d’un revenu stable et avoir une activité dont la durée permet de rembourser le prêt intégral ;
*    Le système de garantis privilégie les emplois formels qui sont la preuve  d’une source de revenus stables et fiables ;
*    Il n’existe pas de commission d’éligibilité pour l’attribution des logements sociaux ;
*    Les Conseils d’Administration de la MAETUR et de la SIC se sont substitués aux instances d’attribution des logements sociaux avec pour critères la solvabilité et la rentabilité ;
*    les CTD et les organisations de la société civile ne sont pas impliqués dans l’attribution des logements sociaux ;
*    Le prix des logements sociaux rend ces derniers inaccessibles à toutes les catégories sociales (entre 18 et 23 millions de francs CFA) ;
*    Les enquêtes de satisfaction des bénéficiaires ressortent que plus de 50% des ménages ne sont pas satisfaits de l’offre publique.
Les groupes de travail constitués ont complété les constats et ressorti quelques limites de l’étude :
*    La communication du MINDUH sur les critères d’attribution et sur les changements est très limitée ;
*    Une incohérence existe entre les textes nationaux et internationaux ;
*    Les personnes victimes des évictions n’ont pas été prises en compte dans cette étude ;
*    Tous les logements sociaux au Cameroun n’ont pas les mêmes statuts. Les critères d’attribution diffèrent donc d’un site à un autre
*    Une étude au cas par cas n’a pas été effectuée par les consultants chargée de l’étude (attribution des logements sociaux de la SIC, de la Cités des Palmiers, de le Cité Verte, …).
*    les catégories socioprofessionnelles n’ont pas été prise en compte et l’INS n’a pas été  sollicité pour avoir une idée réelle des ménages ;

Les recommandations générales
L’étude ressort quelques recommandations pour l’amélioration de l’accès à l’aide publique au logement. Elle préconise :
*    La création d’une commission d’éligibilité à l’aide publique en impliquant les CTD, les institutions spécialisées des affaires sociales ;
*    La définition du seuil de revenus éligibles à l’aide publique au logement ;
*    L’élaboration d’une grille de ciblage des bénéficiaires ;
*    La mise en place des financements adéquats et la facilitation à leur accès ;
*    La prise en compte de la diversité des situations et des ressources des populations candidats aux logements ;
*    Prendre en compte l’aspect genre dans l’attribution en privilégiant les veuves dont le décès de leurs conjoints rend difficile leur accès au logement ;
*    Mettre les textes nationaux en matière de logements sociaux au niveau des textes internationaux déjà ratifiés ;
*    Prioriser les victimes d’éviction dans l’attribution des logements sociaux ;
*    Maximiser la diffusion des critères pour qu’ils soient connus de tous ;
*    Que le MINDCAF mette à la disposition des cibles à faibles revenus des espaces sécurisés pour la construction des logements ;
*    Que les pouvoirs publics prennent en compte prioritairement les mutuelles et des coopératives d’habitat dans le financement et l’attribution des logements sociaux

Laissez un commentaire

Make sure you enter the (*) required information where indicated.
Basic HTML code is allowed.

livre_blanc_mas
zero_produit_importe_au_comice

bandestat

tract_manif_mas_2008
rapport_conac

Copyright ACDIC 2010 - Contacts - Design by AndPlus